Français - English - Intranet
Unité Matériaux et Transformations empty space

Unité Matériaux et Transformations
CNRS UMR 8207 - Université de Lille

UMET spotlight archives

2021 - 2020 - 2019 - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - All years
November 2021 - Le fer poussé à l'extrême : une publication dans Physical Review Letters
Le fer poussé à l'extrême. Une publication dans Physical Review Letters sur des expériences de déformation sur du fer hcp, à 2 millions d'atmosphères, 4000°, et sur 10 milliardièmes de secondes.

Une expérience menée des membres du laboratoire a étudié comment réagissait le fer confronté brièvement à des températures et pressions extrêmes. Les résultats ont été publiés dans la revue Physical Review Letters et mis en avant par l'éditeur de la revue. Le travail est le résultat d'une collaboration entre des chercheurs de l'équipe Matériaux Terrestres et Planétaires, des laboratoires SLAC, Los Alamos, et du département des sciences de la terre de l'université de Stanford.

A l'aide d'un système de compression par lasers, l’équipe a déformé des échantillons de fer aux pressions et températures du noyau terrestre, 2 millions d'atmosphères et 4000°, et ce sur une minuscule fenêtre temporelle :  dix milliardièmes de secondes. Ensuite, elle a pu suivre ce qui s’y déroule en temps réel avec un second laser, à rayons X cette fois, le Linac Coherent Light Source. Les résultats montrent que, sur ces échelles de temps de pression, et température, le fer met un certain temps avant de répondre à la déformation imposée. Ensuite, il relaxe les contraintes qui lui sont appliquées par un mécanisme bien précis: le maclage.

Ces expériences permettent de comprendre les états de la matières dans des conditions inexplorées juqu'alors, qui se produisent lors d'événements extrêmes, comme la ré-entrée d'une sonde spatiale dans l'atmosphère ou la collision entre deux noyaux planétaires, qui d'ordinaire, sont bien difficile à mettre en oeuvre en laboratoire.

Pour plus de détails :

 
October 2021 - Colloque « Imagerie quantitative de l’atome à l’étoile », journées de la SFMC 2022
Colloque « Imagerie quantitative de l’atome à l’étoile », journées de la SFMC 2022, du 21 au 22 février 2022 à Villeneuve d'Ascq

La Société Française de Minéralogie et de Cristallographie organise une manifestation, à Villeneuve d'Ascq, sur le campus Cité scientifique de l'Université de Lille, du 21 au 22 février 2022. Ces journées vont porter sur l’« Imagerie quantitative de l'atome à l'étoile ».

Elles permettront de faire le point sur les avancées récentes d'imagerie quantitative quelle que soit l'échelle spatiale : des cartographies chimiques à l'échelle atomique, aux analyses des spectres infrarouges en astronomie, en passant par les analyses d'orientations cristallographique à l'échelle micro et mésoscopique, entre autres ... Ces journées, prévues en début d'année 2022, coïncident avec l'année de la minéralogie.

Les inscriptions sont ouvertes sur le site de la manifestation et se clotureront le 15 décembre 2021.

Pour plus d'informations :

 
October 2021 - Formation CNRS : microanalyse élémentaire des solides par microsonde électronique
formation CNRS entreprise 2021 « Microanalyse élémentaire des solides par microsonde électronique »

Pour la troisième année consécutive, la formation CNRS entreprise « Microanalyse élémentaire des solides par microsonde électronique » a eu lieu au sein de l’UMET, du 4 au 6 octobre 2021. Cette formation utilise les appareils de la plateforme de microscopie électronique de la Fédération Chevreul : la microsonde Cameca SX100 localisée au bâtiment C7 et le MEB JEOL JSM7800F localisé au bâtiment Chevreul. La formation s’est ouverte cette année avec 4 stagiaires du CEA, Marcoule et du laboratoire BRGM, Orléans.

Les intervenants de cette formation sont Hugues Leroux pour la partie cours sur les « interactions électrons/matière », Ahmed Addad et Alexandre Fadel pour la partie « analyses par spectrométrie EDX » et Séverine Bellayer pour la partie « analyse par microsonde électronique ».

Pour plus d’informations :

 
September 2021 - Les échantillons de la mission spatiale HAYABUSA 2 sont arrivés à l’UMET
Les échantillons de la mission spatiale HAYABUSA 2 sont arrivés à l’UMET

La mission spatiale japonaise HAYABUSA2 a rapporté sur Terre des échantillons d’un astéroïde carboné en décembre 2020. Ils sont à présent disponibles pour des études en laboratoire dans le cadre d’un vaste consortium international. A l’UMET, les travaux ont débuté en septembre et concerne des études en microscopie électronique en transmission (MET) avec le microscope TITAN THEMIS (projet TEM-Aster, financé par l’ISITE ULNE et la MEL). Cette première phase de l’étude doit durer tout l’automne. 

En collaboration avec Le Fresnoy Studio National, un parcours Sciences et Arts, intitulé « infiniment proche », a été créé. Ce parcours est hébergé à Lilliad et sera inauguré le 15 octobre à 18h pour le grand public, pour une durée de 2 mois. Cette exposition en libre accès proposera à ses visiteurs de découvrir des photographies et des vidéos à l’interface art-science ainsi qu’un cycle de conférences grand public.

Pour aller plus loin :

 
June 2021 - Les personnels BIATSS se présentent
Les personnels BIATSS de l'UMET se présentent pour fêter les 10 ans du laboratoire

L’UMET est une unité qui relève de 4 tutelles, l’Université de Lille, le CNRS, l’INRAE et Centrale Lille. L’UMET, c’est : 6 équipes de recherche, 80 enseignants-chercheurs, 100 doctorants ou post doctorants, mais c’est aussi : une quarantaine de personnels BIATSS qui participent aux activités des différentes équipes de recherches, recouvrant la grande majorité des problématiques liées aux matériaux (synthèse/fonctionnalisation/mise en forme, étude des déformations et transformations sous sollicitations, caractérisation de propriétés/structures/microstructures).

Pour mieux se faire connaitre, améliorer leur visibilité et fêter les 10 ans de l’UMET, les personnels BIATSS se présentent par l’intermédiaire d’une petite vidéo fraiche et sympathique, que vous pouvez visionner en cliquant sur ce lien : https://pod.univ-lille.fr/video/20586-video-umet-final-v1mp4/

Bon visionnage !


Contact : Séverine Bellayer.

 
June 2021 - 2 doctorantes, 3 prix
Solène Pellerin et Solenne Ritaine en compétition pour Ma Thèse en 180s au Canada

Solène Pellerin, doctorante au Laboratoire en co-tutelle avec l’Université Laval (Canada) et Solenne Ritaine, doctorante en co-tutelle avec l’Université de Sherbrooke (Canada) ont toutes les deux étaient primées dans le cadre du concours Ma Thèse en 180 secondes.

Les travaux de recherche de Solène Pellerin portent sur le développement de résines acrylates réticulées par UV afin d’améliorer le comportement au feu du bois. Ses travaux sont réalisés dans le cadre de la Chaire de recherche industrielle du CRSNG – Canlak en finition des produits du bois intérieur. Solène a reçu le deuxième prix de la finale francophone de l’Université Laval ainsi que le prix du public.

Solenne Ritaine développe quant à elle de nouveaux polymères à base de pillararènes et de polynorborènes pour répondre à la problématique liée à la présence de bisphénol-A dans les plastiques. Solenne a reçu le premier prix de MT180s pour l’Université de Sherbrooke qu’elle représentera  à la finale nationale organisée par l’Acfas le 15 Juin 2021, venez tous la soutenir pour la finale en français. Elle enchainera ensuite avec la finale en anglais le 17 juin 2021 à 18h30, heure de Paris.

Bravo à elles !!!

 

Pour plus d’informations :

 
June 2021 - L’UMET célèbre ses 10 ans
L’UMET célèbre ses 10 ans le mercredi 16 juin 2021

L'UMET vous invite à une matinée d'échanges et de conférences pour la célébrations de ses 10 ans le mercredi 16 juin 2021 de 9h00 à 12h45 avec l'intervention exceptionnelle du Professeur Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de chimie 1987, sur le thème des « étapes vers la matière complexe ».

Fondée en 2010 avec l’ambition de regrouper la majeure partie des activités et compétences lilloises dans le domaine de la science et de l’ingénierie des matériaux, l’UMET compte aujourd’hui 200 collaborateurs, dont plusieurs lauréats de l’ERC et de l’IUF. Relevant de 4 tutelles (CNRS, Centrale Lille, INRAE et Université de Lille), elle s’organise en 6 équipes thématiques : Matériaux Moléculaires et Thérapeutiques, Matériaux Terrestres et Planétaires, Métallurgie Physique et Génie des Matériaux, Ingénierie des Systèmes Polymères, Plasticité et Processus aux Interfaces et Hygiène des Matériaux.

Le laboratoire s’est récemment impliqué dans la lutte contre la Covid-19, à la fois en devenant laboratoire référent dans les Hauts-de-France pour réaliser la production de gels hydro-alcooliques et en lançant différents projets (textile filtrant biocide pour la conception de masques respiratoires, nouveaux types de masques filtrants et décontaminants, test visuel salivaire du COVID-19 rapide et très sensible).

Le 16 juin, pour célébrer les 10 ans du laboratoire, Centrale Lille organise une matinée de conférences et d’échanges et aura l’honneur d’accueillir le Professeur Jean-Marie Lehn, prix Nobel de Chimie. Un moment unique et privilégié pour prendre de la hauteur sur le sujet de la matière complexe, aborder la science des matériaux du point de vue sociétal et revenir sur la recherche de demain sur les matériaux.

Au programme :

  • 9H00    Ouverture
  • 9H15    Genèse de l’UMET/Entretien avec les « fondateurs » de l’UMET - Jean-Marc Lefebvre et Alexandre Legris
  • 9H35    Conférence du Pr Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de Chimie, « Étapes vers la matière complexe »
  • 10h40    La valorisation de la recherche à l’UMET : l’exemple de la success story des masques anti-covid19 - Bernard Martel, Professeur à l’Université de Lille
  • 10H45    L’UMET : La recherche de demain sur les matériaux, vue par 3 jeunes chercheurs de l’unité :
    • Gaëlle Le Fer, chargée de recherches CNRS
    • Franscico de la Pena, maître de conférences à l’Université de Lille
    • Ludovic Thuinet, maître de conférences à Centrale Lille
  • 11H00    L’UMET : Une recherche de pointe à l’international et au service de la société temps d’échange avec :
    • Maude Jimenez, Professeure à l’Université de Lille, IUF junior
    • Serge Bourbigot, Professeur à Centrale Lille, ERC Adv. Grant, IUF senior
    • Sébastien Merkel, Professeur à l’Université de Lille, Membre honoraire de l’IUF
  • 11H20    Table-ronde sur le thème « Science pour et avec la société, l’exemple des matériaux »
    • Jean-Marie Lehn, Professeur Émerite à l’Université de Strasbourg
    • Bernadette Bensaude-Vincent, Professeure Émérite à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
    • Jean-François Gérard, Professeur à l’INSA Lyon
    • Stéphane Delalande, Docteur-ès-sciences, Adjoint au Directeur Scientifique en charge des partenariats académiques chez Stellantis
  • 12H45 Remerciements et mot de clôture

Pour plus de détails :

 
March 2021 - Un publication dans Nature le 3 mars 2021
Stress-induced amorphization triggers deformation in the lithospheric mantle. Samae, Cordier, Demouchy, Bollinger, Gasc, Koizumi, Mussi, Schryvers & Idrissi. Nature 591, 82–86 (2021).

Patrick Cordier et Alexandre Mussi, de l’équipe Plasticité ont publié un article dans la revue Nature datée du 3 mars 2021, en collaboration avec des chercheurs des universités d’Anvers et de Louvain-La-Neuve (Belgique), de Bayreuth (Allemagne), de Tokyo (Japon) et de Montpellier. Cet article éclaire d’un jour nouveau les propriétés mécaniques de l’olivine, minéral le plus abondant de la couche supérieure du manteau terrestre.

L’observation en microscopie électronique d’échantillons déformés sous fortes contraintes révèle l’existence d’une fine couche vitrifiée au niveau des joints de grains. Les propriétés de ces couches vitreuses intergranulaires pourraient alors expliquer la forte chute de viscosité observée entre les plaques rigides de la surface de la Terre et ses couches profondes visqueuses.

Pour plus d'informations :

 
February 2021 - Sars-Cov-2 : des masques qui s’auto-décontaminent
Les masques virucides de l'UMET. Sars-Cov-2 : des masques qui s’auto-décontaminent

Des recherches menées par les équipes de Bernard Martel au sein de l'équipe Ingénierie des Systèmes Polymères du laboratoire UMET, et Nicolas Blanchemain, de l’unité Systèmes avancés de délivrance de principes actifs (ADDS), ont permis la mise au point et la commercialisation de nouveaux types de masques filtrants et décontaminants, qui non seulement piègent les virus, mais aussi les désactivent. Ils permettent de réduire la charge virale de 99,9 % en moins de 5 minutes. Ainsi automatiquement décontaminés, leur manipulation est beaucoup moins contraignante. Conformes aux normes de filtration et certifiés comme dispositifs médicaux, ces masques sont destinés en priorité aux personnels soignants et aux malades de la Covid-19 en milieu hospitalier. 

L’intérêt du procédé mis au point par les deux équipes lilloises est qu’il permet de rendre virucide la couche filtrante des masques, constituée de fibres très fines (« non tissé en polypropylène ») sans détériorer ses propriétés filtrantes et de manière industrialisable. Il consiste à fixer sur les fibres des molécules en forme d’anneau, constituées de sucres et appelées cyclodextrines. C’est dans ces « cages » que viennent se piéger les molécules virucides, qui restent donc dans la couche filtrante.

L’agent virucide utilisé est efficace non seulement contre les virus similaires au Sars-Cov-2 mais aussi contre d’autres virus et des bactéries, comme le staphylocoque doré ou Escherichia coli. Ces masques virucides pourraient donc diminuer fortement le risque de contracter une infection par voie respiratoire à l’hôpital, par exemple. Le procédé, appelé CIDALTEX®, est exploité aujourd’hui par la société française Bioserenity pour la fabrication de ses masques virucides. Il a fait très récemment l’objet d’un dépôt de brevet aux États-unis.

Pour plus d'informations :

 
 
UMET - Unité Matériaux et Transformations
CNRS UMR 8207
Université de Lille
Bâtiment C6
59655 Villeneuve d'Ascq
France
Version 2.0
Mentions Légales - Contacter le webmaster