Français - English - Intranet
Unité Matériaux et Transformations empty space

Unité Matériaux et Transformations
CNRS UMR 8207 - Université de Lille

Les nouvelles de l'UMET

2021 - 2020 - 2019 - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - Toutes
Juin 2021 - L’UMET célèbre ses 10 ans
L’UMET célèbre ses 10 ans le mercredi 16 juin 2021

L'UMET vous invite à une matinée d'échanges et de conférences pour la célébrations de ses 10 ans le mercredi 16 juin 2021 de 9h00 à 12h45 avec l'intervention exceptionnelle du Professeur Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de chimie 1987, sur le thème des « étapes vers la matière complexe ».

Fondée en 2010 avec l’ambition de regrouper la majeure partie des activités et compétences lilloises dans le domaine de la science et de l’ingénierie des matériaux, l’UMET compte aujourd’hui 200 collaborateurs, dont plusieurs lauréats de l’ERC et de l’IUF. Relevant de 4 tutelles (CNRS, Centrale Lille, INRAE et Université de Lille), elle s’organise en 6 équipes thématiques : Matériaux Moléculaires et Thérapeutiques, Matériaux Terrestres et Planétaires, Métallurgie Physique et Génie des Matériaux, Ingénierie des Systèmes Polymères, Plasticité et Processus aux Interfaces et Hygiène des Matériaux.

Le laboratoire s’est récemment impliqué dans la lutte contre la Covid-19, à la fois en devenant laboratoire référent dans les Hauts-de-France pour réaliser la production de gels hydro-alcooliques et en lançant différents projets (textile filtrant biocide pour la conception de masques respiratoires, nouveaux types de masques filtrants et décontaminants, test visuel salivaire du COVID-19 rapide et très sensible).

Le 16 juin, pour célébrer les 10 ans du laboratoire, Centrale Lille organise une matinée de conférences et d’échanges et aura l’honneur d’accueillir le Professeur Jean-Marie Lehn, prix Nobel de Chimie. Un moment unique et privilégié pour prendre de la hauteur sur le sujet de la matière complexe, aborder la science des matériaux du point de vue sociétal et revenir sur la recherche de demain sur les matériaux.

Au programme :

  • 9H00    Ouverture
  • 9H15    Genèse de l’UMET/Entretien avec les « fondateurs » de l’UMET - Jean-Marc Lefebvre et Alexandre Legris
  • 9H35    Conférence du Pr Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de Chimie, « Étapes vers la matière complexe »
  • 10h40    La valorisation de la recherche à l’UMET : l’exemple de la success story des masques anti-covid19 - Bernard Martel, Professeur à l’Université de Lille
  • 10H45    L’UMET : La recherche de demain sur les matériaux, vue par 3 jeunes chercheurs de l’unité :
    • Gaëlle Le Fer, chargée de recherches CNRS
    • Franscico de la Pena, maître de conférences à l’Université de Lille
    • Ludovic Thuinet, maître de conférences à Centrale Lille
  • 11H00    L’UMET : Une recherche de pointe à l’international et au service de la société temps d’échange avec :
    • Maude Jimenez, Professeure à l’Université de Lille, IUF junior
    • Serge Bourbigot, Professeur à Centrale Lille, ERC Adv. Grant, IUF senior
    • Sébastien Merkel, Professeur à l’Université de Lille, Membre honoraire de l’IUF
  • 11H20    Table-ronde sur le thème « Science pour et avec la société, l’exemple des matériaux »
    • Jean-Marie Lehn, Professeur Émerite à l’Université de Strasbourg
    • Bernadette Bensaude-Vincent, Professeure Émérite à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
    • Jean-François Gérard, Professeur à l’INSA Lyon
    • Stéphane Delalande, Docteur-ès-sciences, Adjoint au Directeur Scientifique en charge des partenariats académiques chez Stellantis
  • 12H45 Remerciements et mot de clôture

Pour plus de détails :

 
Mars 2021 - Un publication dans Nature le 3 mars 2021
Stress-induced amorphization triggers deformation in the lithospheric mantle. Samae, Cordier, Demouchy, Bollinger, Gasc, Koizumi, Mussi, Schryvers & Idrissi. Nature 591, 82–86 (2021).

Patrick Cordier et Alexandre Mussi, de l’équipe Plasticité ont publié un article dans la revue Nature datée du 3 mars 2021, en collaboration avec des chercheurs des universités d’Anvers et de Louvain-La-Neuve (Belgique), de Bayreuth (Allemagne), de Tokyo (Japon) et de Montpellier. Cet article éclaire d’un jour nouveau les propriétés mécaniques de l’olivine, minéral le plus abondant de la couche supérieure du manteau terrestre.

L’observation en microscopie électronique d’échantillons déformés sous fortes contraintes révèle l’existence d’une fine couche vitrifiée au niveau des joints de grains. Les propriétés de ces couches vitreuses intergranulaires pourraient alors expliquer la forte chute de viscosité observée entre les plaques rigides de la surface de la Terre et ses couches profondes visqueuses.

Pour plus d'informations :

 
Février 2021 - Sars-Cov-2 : des masques qui s’auto-décontaminent
Les masques virucides de l'UMET. Sars-Cov-2 : des masques qui s’auto-décontaminent

Des recherches menées par les équipes de Bernard Martel au sein de l'équipe Ingénierie des Systèmes Polymères du laboratoire UMET, et Nicolas Blanchemain, de l’unité Systèmes avancés de délivrance de principes actifs (ADDS), ont permis la mise au point et la commercialisation de nouveaux types de masques filtrants et décontaminants, qui non seulement piègent les virus, mais aussi les désactivent. Ils permettent de réduire la charge virale de 99,9 % en moins de 5 minutes. Ainsi automatiquement décontaminés, leur manipulation est beaucoup moins contraignante. Conformes aux normes de filtration et certifiés comme dispositifs médicaux, ces masques sont destinés en priorité aux personnels soignants et aux malades de la Covid-19 en milieu hospitalier. 

L’intérêt du procédé mis au point par les deux équipes lilloises est qu’il permet de rendre virucide la couche filtrante des masques, constituée de fibres très fines (« non tissé en polypropylène ») sans détériorer ses propriétés filtrantes et de manière industrialisable. Il consiste à fixer sur les fibres des molécules en forme d’anneau, constituées de sucres et appelées cyclodextrines. C’est dans ces « cages » que viennent se piéger les molécules virucides, qui restent donc dans la couche filtrante.

L’agent virucide utilisé est efficace non seulement contre les virus similaires au Sars-Cov-2 mais aussi contre d’autres virus et des bactéries, comme le staphylocoque doré ou Escherichia coli. Ces masques virucides pourraient donc diminuer fortement le risque de contracter une infection par voie respiratoire à l’hôpital, par exemple. Le procédé, appelé CIDALTEX®, est exploité aujourd’hui par la société française Bioserenity pour la fabrication de ses masques virucides. Il a fait très récemment l’objet d’un dépôt de brevet aux États-unis.

Pour plus d'informations :

 
 
UMET - Unité Matériaux et Transformations
CNRS UMR 8207
Université de Lille
Bâtiment C6
59655 Villeneuve d'Ascq
France
Version 2.0
Mentions Légales - Contacter le webmaster